• La pleine consciencec’est facile dans la nature
  • enseigner dehorset apprendre avec la nature
  • Se former avec SILVIVAdes cours attractifs au contact de la nature
  • faire vivre la nature aux autresnos outils vous donnent un coup de main

L'EEN au temps de la numéricité (V2.0)

Sur le blog de SILVIVA en allemand, j'ai écrit un article sur «NUB in Zeiten der Digitalität» («L'éducation à l'environnement par la nature au temps du numérique»). J'aurais pu le faire traduire en français... Mais dans ce cas, c'est le contenu qui a déterminé la méthode. J'ai donc eu l'idée de mener cette expérience en ligne: une traduction dans une culture numérique / culture de la «numéricité».

 

Procédure:

  1. l'article est traduit par deepl (algorithmicité)
  2. le projet traduit est rendu librement accessible et modifiable en ligne, par exemple dans un GoogleDocs et l'édition est rendue transparente (référentialité)
  3. toutes les personnes intéressées sont invitées à améliorer la traduction (communalité).

-> Tout le monde peut apprendre quelque chose, tant en termes de procédure que de contenu (par exemple, ce qu'est la «numéricité»?). Dans le meilleur des cas, nous aurons traduit le mot «Digitalität» en français. :-)

 

Merci beaucoup! Et amusez-vous bien!

Christian Stocker

Liens


Et voilà le résultat !

Ce billet est le premier d'une série consacrée à la numéricité et à l'éducation (à l’environnement). C’est à la fois un appel à la discussion, une invitation à la journée d'échange nationale SILVIVA (ou au premier BarCamp organisé par SILVIVA) et une explication de la raison pour laquelle j'utilise « numéricité » plutôt qu'un autre mot à la mode.

La discussion sur l’EEN et la numéricité est d'actualité

Lors des fermetures d'écoles dans le cadre de la crise du corona, les formes numériques de communication ont connu un pic. En très peu de temps, de nombreuses écoles ont rapidement transféré leurs activités d'enseignement et d'apprentissage vers Internet. Il fallait que cela se fasse rapidement, et les choses se sont pour la plupart du tempsdéroulées plutôt bien – la nécessité a rendu inventif et a libéré des ressources considérables. Il faudra évaluer si une éducation de qualité a été assurée (ou créée) dans le processus, et d'en tirer les leçons. (La HEP Zurich a compilé les premiers résultats de ses activités de conseil).

 

Parallèlement, de nombreux enseignant-e-s et écoles ont conseillé et conseillent encore aux élèves de passer au moins une partie de leur temps libre en plein air. Ils ont élaboré des tâches et des activités d'apprentissage pour l'extérieur. L'espace d'apprentissage dans la nature se voit accorder une place importante – et nouvelle pour certain-e-s – à côté de l'espace d'apprentissage numérique. SILVIVA continue de recommander d'enseigner dehors et offre son soutien. La qualité de ces activités d'auto-apprentissage en plein air, souvent spontanées, doit elle aussi être analysée et discutée.

Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an

Ein Beitrag geteilt von Bea Winistörfer (@bea_wini) am


La discussion sur l’EEN et la numéricité est importante

Bien avant la crise du corona, SILVIVA avait prévu de consacrer la journée d'échange nationale 2020 au thème de la numérisation. Comment la transition numérique et l’EEN peuvent-ils s'enrichir mutuellement ? Bien sûr, nous ne savions pas à l'époque que les fermetures d'écoles, l'enseignement à domicile et l'enseignement à distance confèreraient une telle actualité à ce thème. Malgré cette actualité, nous aimerions réfléchir en profondeur à la numérisation et à l’EEN – ou plutôt à l’EEN au temps de la numérisation.

 

Il est incontestable que la numérisation touche l'ensemble de la société et que la transition numérique a un impact sur l'éducation. En tant que spécialistes de l'éducation à l'environnement, nous devons nous interroger sur les répercussions de cette transition pour l'éducation à l'environnement (par la nature), et même pour l'éducation en général. Comment agir dans cette culture changeante du numérique ? Comment l’influencer ? Comment nos activités éducatives (par la nature), voire notre compréhension de l'éducation, sont-elles influencées par les réalités numériques ?

La forme suit le contenu

Nous aimerions avoir cette discussion sous une forme appropriée avec l'ensemble des personnes concernées. Ainsi, la journée d'échange nationale SILVIVA 2020 deviendra un BarCamp (du moins en partie, et à mon avis, elle retrouvera sa vocation initiale de journée d'échange d'expériences). Cela signifie que nous avons besoin de l'expérience, des compétences et de la coopération active de tous et toutes les acteurs et actrices de la scène EE(N) et des autres parties intéressées.

 

En outre, le débat sur l’EEN au temps du numérique devrait également pouvoir se dérouler sur Internet et être ouvert, transparent, asynchrone, constructif, co-créatif... Dans ce blog, nous publierons jusqu'à la journée d'échange nationale plusieurs billets sur la numéricité et l'éducation (et EEN). Ils sont destinés à encourager la réflexion et la discussion et favoriser ainsi l'apprentissage commun. Après la conférence, les résultats seront inclus dans la suite de la discussion.

 

Travaillons ensemble pour développer l’EEN de manière contemporaine (#zeitgemässeBildung). (Au fait, le thème de l'éducation contemporaine sera examiné de plus près dans mon prochain billet). Prenez part au débat ici et faites-nous part de vos idées, de vos souhaits concernant ce thème, suggérez-nous des intervenant-e-s ou de thèmes de sessions pour la conférence. Si vous souhaitez présenter vous-même quelque chose lors de la journée d'échange nationale, nous mettrons du temps et de l'espace à votre disposition. Contactez-nous directement, par courrier (Christian Stocker) ou mieux encore via le formulaire de commentaire ci-dessous. Nous nous réjouissons d'un échange animé.

Pourquoi "numéricité" plutôt que "numérisation", "transition numérique" ou "révolution numérique" ?

Nous sommes en plein dedans

Quel que soit le moment précis où vous placez le début de la révolution numérique (généralement vers la fin du XXe siècle), elle dure depuis un certain temps et va certainement se poursuivre. Quelle que soit la portée ou le caractère révolutionnaire que l'on accord eu à cette révolution numérique, elle affecte l'ensemble de la société. Nous sommes donc définitivement à l'ère du numérique ou de la réalité numérique - historiquement et dans le cadre du système éducatif.

Le monde numérique fait aussi partie du monde

En allemand, le terme "digitalité" a été défini par Wikipédia comme une contraction de "digital" et de "réalité". Cela montre que la société est déjà fortement influencée par le numériqueet donc la discussion s'éloigne des aspects purement techniques pour se concentrer davantage sur les effets sociétaux.

 

"Le terme de digitalité est un néologisme formé à partir de “digital” et de “matérialité/réalité”. La numérisation s'est développée dans le contexte des sciences humaines.

... Contrairement à la numérisation (voir aussi transformation numérique), la numérisation ouvre donc une perspective non technologique sur les processus de changement du 21e siècle. Ainsi, des aspects sociétaux sont introduits dans le discours du changement, qui influence les mondes de vie (et donc le monde du travail, de l'éducation et des loisirs) et les systèmes d'action (politique, économie, société).”

 

Notre monde est aussi un monde numérique. Ainsi, l'éducation, et bien sûr l'éducation à l’environnement par la nature, se déroule déjà dans un environnement numérique. Il appartient aux participants de développer davantage les (plus ou moins) nouvelles possibilités, mais aussi les (plus ou moins) nouvelles demandes et opportunités sociales ainsi que les (plus ou moins) nouveaux paradigmes issus de l’expérience, afin d’élaborer une éducation contemporaine.

Bien plus que  des applications et des tableaux blancs en ligne

Le terme "numéricité" suggère également que la discussion sur une bonne éducation au temps du numérique ne devrait en aucun cas tourner uniquement autour des applications, des outils, des plateformes ou du cloud. Elle ne doit pas se contenter de négocier la "valeur ajoutée" d'une solution numérisée. Nous devons nous demander à quoi ressemble une bonne éducation au temps du numérique, et ce qui constitue une bonne EE(N). Pour ce faire, nous devons saisir "le nouveau" qui est (ou a déjà été) créé par cette transformation numérique. Cela nous permet également de réfléchir de manière critique sur la pratique actuelle de l’EE(N) et de la mesurer aux exigences d'une véritable éducation au développement durable.


EEN : une éducation contemporaine pour le développement durable

Je suis un optimiste. Je vois beaucoup de potentiel dans la transformation numérique pour réformer positivement l'éducation dépassée. Le système scolaire actuel a été "construit" il y a plus de 100 ans, dans et pour la société (industrielle) de l'époque. Je pense également que l'éducation à l’environnement par la nature – qui tend généralement à être réformiste sur le plan pédagogique – peut et doit continuer à se développer à l'heure de la numérisation. Elle doit s'adapter aux nouvelles conditions, peut utiliser les nouvelles opportunités et ainsi, à l'inverse, peut contribuer à façonner et à influencer une nouvelle éducation durable dans le domaine du numérique.

 

Mais nous, les professionnels de l'éducation (à l’environnement), ne pouvons dispenser une éducation contemporaine que si nous traitons de la culture de la numérisation, de ses caractéristiques, de ses modes de fonctionnement et de ses normes, ainsi que de sa signification pour la société et pour l'éducation, et si nous remettons constamment en question et examinons de manière autocritique nos propres attitudes, valeurs, intentions, objectifs et méthodes.

 

Si nous prenons nous-mêmes au sérieux nos attentes en matière d'éducation au développement durable, nous devons contribuer à façonner la culture de la numérisation.

 

Car, comme l'écrit l'auteur Felix Stalder dans "The digital condition" :

 

"L'avenir est ouvert. Nos actions déterminent si nous vivrons dans un monde post-démocratique de surveillance et de monopoles de la connaissance ou dans une culture des biens communs et de la participation.” (Citation de Wikipedia, traduit par Deepl)

 

Une éducation via des biens communs et la participation dans une culture des biens communs et de la participation... voilà qui serait un bel objectif !

 

Et dans ce domaine, l’EEN a certainement quelque chose à apporter. Et aussi beaucoup à apprendre, n'est-ce pas ?

Quelques liens supplémentaires

 

Christian Stocker, fondation SILVIVA. Traduit par deepl et différentes aides.

Écrire commentaire

Commentaires: 0