• enseigner dehorset apprendre avec la nature
  • Se former avec SILVIVAdes cours attractifs au contact de la nature
  • faire vivre la nature aux autresnos outils vous donnent un coup de main
  • La pleine consciencec’est facile dans la nature

Suivre «l’école du dehors» en Belgique

Après être partie sur les traces de l’enseignement en plein air danois en 2017, notre équipe a réitéré l’expérience en début d’année, cette fois-ci en Belgique. But de l’opération: trouver des nouvelles idées applicables à la Suisse et répondre aux questions qui nous préoccupent.

 

Comment ancrer l’enseignement en plein air de manière systémique et en impliquant toutes les actrices et les acteurs concernés? Quels sont les défis rencontrés par nos collègues belges? Et comment les surmontent-ils?

Des échanges fructueux

Pour répondre à ces questions, l’équipe SILVIVA a passé toute une semaine en Wallonie, la région francophone de Belgique. Nous y avons rencontré un large éventail d’actrices et d’acteurs actifs dans l’enseignement en plein air.


Ce fut un voyage passionnant. Nous avons eu l’occasion de participer à diverses activités didactiques en extérieur, dans des crèches et des écoles primaires et secondaires wallonnes. Nous avons également rencontré plusieurs actrices et acteurs extra-scolaires impliqués dans des projets d’enseignement en plein air.


Nous avons tout particulièrement apprécié les échanges avec l’organisation à but non lucratif «réseau IDée», le collectif «Tous Dehors», les membres des centres CRIE (Centres Régionaux d’Initiation à l’Environnement) et les formatrices et formateurs de l’Institut d’Eco-Pédagogie qui nous ont aidés à comprendre comment fonctionne l’enseignement en plein air en Belgique.


Nous avons également été invités par la Haute École Pédagogique Léonard de Vinci pour parler de l’intégration de l’enseignement en plein air dans les plans d’études et partager des exemples et résultats d’études scientifiques menées sur le sujet.

L’importance de créer des réseaux

Un des thèmes fréquemment abordés lors des discussions avec les écoles et les intervenant-e-s extra-scolaires a été l’importance de créer des plateformes de réseautage. Le besoin d’échanger des expériences, de parler des défis et difficultés rencontrés et de chercher des solutions ensemble est réel.

 

Le système de tandem, où un enseignant expérimenté accompagne un nouveau collègue lors de ses sorties à l’extérieur, l’encourage et le soutient, est un excellent exemple de ce type d’échange.

Formation initiale et continue du personnel enseignant

En Belgique comme en Suisse, les écoles pédagogiques et les plans d’études varient selon les régions administratives et linguistiques.


Un des aspects qui est ressorti de nos discussions avec la Haute École Pédagogique Léonard de Vinci est que la collaboration entre hautes écoles est la clé pour l’intégration systémique de l’enseignement en plein air.

Il est également important de montrer aux futures enseignantes et enseignants qu’il existe de nombreux espaces pour enseigner dehors dans l’environnement immédiat des écoles: un pré, un jardin ou la cour d’école elle-même. Cela motive les enseignant-e-s à repousser les murs de la classe et à envisager un enseignement plus engagé et diversifié.

Coaching et accompagnement

En Belgique, les actrices et acteurs extra-scolaires coachent et accompagnent les écoles lors de leurs sorties en extérieur. Ils proposent, par exemple, des excursions avec un-e pédagogue par la nature qui se charge également de créer, de concert avec l’enseignant-e, une série d’activités conformes au plan d’études. Ces pédagogues restent à disposition de l’enseignant-e pour la durée du projet. Les intervenant-e-s extra-scolaires se concentrent plutôt sur l’aspect organisationnel, tandis que les enseignantes et enseignants prennent en charge l’aspect didactique et pédagogique.


Cet accompagnement à long terme peut également être un instrument clé pour ancrer l’enseignement en plein air dans le système éducatif suisse. Offrir un soutien continu permet aux enseignantes et enseignants d’acquérir progressivement les compétences nécessaires afin d’enseigner régulièrement dehors de façon autonome.

Prochaines étapes

Notre périple belge passionnant nous a conforté dans l’idée que l’enseignement en plein air jouit d’une acceptation toujours plus grande sur le continent européen. En parallèle, nous avons pris conscience qu’il nous faudra travailler en étroite collaboration avec nos partenaires pour pouvoir mettre en œuvre tout ce que nous avons appris et faire en sorte que nos activités soient porteuses de sens. Nous invitons toutes les actrices et acteurs concernés à œuvrer ensemble pour promouvoir l’enseignement en plein air et ainsi démultiplier, renforcer et enrichir l’apprentissage de nos enfants.

 

Raffaele Pellegrino, Fondation SILVIVA

Écrire commentaire

Commentaires: 0